Post-cancer : attention au cancer blues ;-)

Chers kikis et cocos, chers inconnus et plus connus,

J’ai revu mon ostéopathe énergéticienne hier midi, pas mon cher Bruno Congeaud, mais Barbara Kallowy, à Caudéran, que j’adore et que je recommande chaudement à tout le monde !

Cela fait environ un mois que j’ai le Cancer- blues ! Oui mes cocos, après le mamy blues, le baby blues et tous les blues machin chose, j’ai inventé le cancer blues ! Bon, okay, je n’ai rien inventé du tout, faut pas charier, on m’avait prévenu que ça arrivait très souvent après une maladie grave, quand elle est finie, on se retrouve comme… comme… j’ai trouvé une excellente comparaison : comme un travailleur force né qui se retrouve au chômage du jour au lendemain !

Quand vous passez des mois à concentrer toute votre énergie à la guérison, quand vous voyez que la mort n’est pas si éloignée qu’on pourrait le penser, alors ça vous tourneboule le ciboulot, c’est certain !

Et si vous êtes comme moi, et que vous avez connu un revirement de 360° dès l’annonce du diagnostic, et que tout au long des traitements vous avez été « atteint » par l’énergie divine (appelez ça comme vous voulez, connexion à la conscience universelle, pleine conscience, barrière blanche, c’est du pareil au même) et que vous avez avancé avec une force absolument insoupçonnée qui vous prouve à l’envers et contre tout qu’il existe quelque chose de beaucoup plus grand que nous, mais qu’après l’annonce du « Vous n’avez absolument plus rien, p’tite madame« , vous perdez à nouveau ce lien « divin »… alors c’est la merde !

Bon pas tout à fait quand même, car les changements effectuées dans ma vie avec la maladie sont restées, Bouddha merci 😉 ! Et je sais aussi à présent que cette connexion à la conscience universelle, ce truc beaucoup plus grand que nous qui, si on se donne la peine de l’écouter, nous guide toujours dans la bonne direction, je sais qu’elle existe et que je vais la retrouver.

je travaille là-dessus, en méditation, sur la purification des centre d’énergie (chakras) et sur beaucoup d’autres choses, et je sais que je vais rétablir la connexion avec cette sagesse intérieure, mais c’est quand même tourneboulant de la gagner, puis de la perdre, puis de la…. bref !

Ce qui m’a fait dire qu’un truc n’était pas réglé dans mon ciboulot mes cocos ! Alors direction ma merveilleuse ostéo Kallowy, et là, pouf pif paf, on remonte très loin, jusqu’à la peur d’abandon, suite à une brusque interruption des liens avec le paternel quand j’avais 9 ans. Ouaip, que le cancer était venu suite à cette peur d’abandonner mes propres enfants, qui venait elle-même de l’impression d’avoir été abandonnée moi-même à 9 ans, je l’ai su dès le troisième jour après le diagnostic du cancer du sein.

Mais qu’il allait falloir régler cette foutue histoire une bonne fois pour toute si je veux en finir pour de bon avec cette histoire d’abandon éternel, ça, c’est du lourd ! Alors j’y travaille, j’y réfléchis, l’écriture comme exutoire, genre écrire une lettre à la personne concernée, puis ensuite la déchirer, ou l’envoyer ou en faire des confettis, je crois que je vais tenter le coup 🙂

Je vous tiens au jus, mes p’tits lulus, parce que ma maxime 2017, c’est : si tu veux pas que le crabe revienne, alors t’as intérêt à passer un sacré coup de balai, même après la tempête !

Hasta vista mes p’tits chéris…

….et pensez à balayer votre intérieur….après la maladie, mais aussi avant qu’elle n’arrive !!

Conseil précieux d’une sage en devenir…. 🙂

1 commentaire sur “Post-cancer : attention au cancer blues ;-)

  1. Tu es sur la bonne voie, ma belle, rien n’est jamais totalement acquis….mais travailler sur soi vaut toujours la peine car nous sommes importantes. Dieu est en nous, nous sommes Dieu Bouddha ou autres Car il n’y a que nous qui sachions ce qui est bon pour nous si on sait s’écouter. Quelques fois la vie nous tire ailleurs, il faut se recentrer sur soi…
    Je t’aime et t’admire dans ta force de vie, tu es IMPORTANTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *