Mes 5 solutions pour soutenir les globules et plaquettes pendant la chimiothérapie

Chers amis, chère famille, chers inconnus,

Pendant une chimiothérapie, il faut savoir que les globules blancs en premier lieu, mais également les globules rouges et les plaquettes en prennent un sacré coup ! Pour résumer, ces petits ouvriers fortiches s’occupent pour nous de :

  • d’entretenir le système immunitaire (globules blancs)
  • de faire circuler l’oxygène dans le sang (globules rouges ou hématies)
  • d’empêcher les hémorragies (plaquettes

Autant vous dire qu’il vaut mieux que tout ce petit monde fonctionne correctement. Mais les chimiothérapies détruisent les cellules cancéreuses certes, mais également les cellules en bonne santé. C’est pour cette raison que bien souvent, le taux de globules blancs chute fortement pendant les traitements lourds. Et dans une moindre mesure les globules rouges et les plaquettes. Il n’est pas rare qu’une chimiothérapie soit interrompue par le personnel médical parce que le taux des plaquettes est trop bas, ce qui risque de provoquer des hémorragies. Et il est encore plus courant de repousser une séance de chimiothérapie en raison d’un taux de globules blancs trop bas.

Pour vous donner une idée, lors de ma seconde séance de chimio, le second FEC100, j’avais un taux de polynucléaires neutrophiles -type de globules blancs, les plus importants lors d’une chimio-, qui était de 593 /mm3, alors qu’un taux normal se situe entre 1500 et 7500. Autant vous dire que mes poly-neutronono avaient le moral dans les chaussettes ! Résultat, la séance fut repoussée d’une semaine.

Selon le type de chimiothérapie, les globules et plaquettes seront plus ou moins affectées. Exemple : le FEC100 (toutes les trois semaines) attaquent à fond les globules et peut les mettre plus bas que terre, alors que le traitement par TAXOL (toutes les semaines) est moins agressif et influe donc moins sur les globules, même si le taux reste bas.

Bon à savoir : pour qu’une chimio par FEC 100 puisse avoir lieu, il faut un taux minimum de 1000 polynucléaires neutrophiles par mm3. Mais pour une chimio par Taxol, il faut un minimum de 800 seulement. C’est intéressant à savoir, car après une prise de sang, cela évite de se demander si on l’aura, cette séance de chimio ou pas.

N’attendez pas l’avis des experts pour vous intéresser à vos bilans sanguins ! C’est tellement plus simple quand on se tient au courant.

Mais que se passe-t-il lorsque plusieurs séances de chimio sont repoussées à cause d’un taux trop bas de globules ou en cas de grosse fatigue permanente ?Réponse : à l’hôpital, on vous proposera des injections d’EPO. C’est un produit qui stimule la formation et la croissance de globules rouges. Ça redonne du peps aux patients et leur permet souvent de continuer leur chimio.

Ouais.

Et c’est un facteur de croissance des cellules cancéreuses…*

TADAAAAAAM !!!

Alors avant d’en arriver à cette ineptie, je vous propose maintenant mes 4 solutions pour booster naturellement vos globules blancs, vos globules rouges et vos plaquettes. De manière naturelle. Ni plus ni moins.

  • L’ACUPUNCTURE : certains acupuncteurs ont été formés à l’accompagnement des personnes atteintes de cancer. Il existe de nombreuses manières d’alléger les effets secondaires des chimios par ce biais, et notamment de soutenir les globules blancs par exemple.
  • LE POLLEN DE CYSTE frais* : il active le système immunitaire et donc les globules blancs. Une cuillère à soupe par jour, à conserver au congélateur.
  • LE GINGKO BILOBA* sous forme d’EPS (préparation en pharmacie) : – une cuillère à café matin et soir-, stimule les cellules souches produisant globules rouges et blancs et plaquettes. Attention : favorise la circulation, donc peut être contre-indiqués lorsqu’une personne présente des risques d’hémorragie = plaquettes trop basses. Pour voir toutes les contre-indications du ginkgo, voir la page ICI
  • PROPOLIS EXTRA-FORTE* sous forme d’ampoules : soutient à fond les globules rouges, et un peu moins mais quand même les globules blancs et les plaquettes (1 par jour à diluer sur du pain ou un biscuit sec pour enlever le goût de l’acool – cela ne diminue pas l’efficacité)
  • L’HOMÉOPATHIE : Meduloss 4 ch sous forme d’ampoules buvables, une matin et une soir. Soutient la formule sanguine et notamment les précieux globules blancs !

Je n’ai pas mis les liens pour acheter ces produits. J’ai fait plusieurs recherches, il existe des qualités très différentes. Si vous avez besoin de connaître les meilleurs produits, utilisez le formulaire de contact de ce blog et je vous répondrai par mail.

Un dernier précieux conseil : COMMENCEZ CES TRAITEMENTS LE PLUS TÔT POSSIBLE, même plusieurs semaines avant la chimio. Je suis ce traitement global, et dès le troisième FEC, mes globules se sont stabilisés, et mes plaquettes sont même allés jusqu’à doubler !!!

Sachez également que tous ces traitements vous aident globalement à lutter contrer les effets néfastes de la chimiothérapie, sans oublier qu’ils permettent de diminuer les risques de rechute.

Alors en avant, SOYEZ ACTEUR DE VOTRE GUÉRISON !!!

PS : Pour toute question, contactez-moi via le blog.

*Sources :

« Cancer, un accompagnement qui change tout« , Alain Dumas (médecin homéopathe spécialisé en immunopathologie et cancérologie et Eric Ménat, médecin homéopathe, phytothérapeute et diplômé en carcinologie

« Cancer du sein », Bérangère Arnal (médecin gynécologue obstétricien, psychothérapeute, sophrologue et phytothérapeute)

1 commentaire sur “Mes 5 solutions pour soutenir les globules et plaquettes pendant la chimiothérapie

  1. attention aux traitements complémentaires quand le cancer est hormono dépendant et que l’on est sous chimio (certaines huiles essentielles, compléments anti oxydants…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *