Interview : Lili Sohn et la guerre des tétons ou comment mettre le crabe K.O. avec BRIO !

Bonjour chers lecteurs,

Aujourd’hui, j’ai le très grand plaisir d’accueillir Lili Sohn, auteure de la série de BD à succès (et hilarante !!!) La guerre des tétons et créatrice des sites TCHAO GÜNTHER et  VAGIN TONIC.

Ça promet, je vous le dis !

Lili Sohn, auteur de la Guerre des Tétons
Lili Sohn, auteur de la Guerre des Tétons
1/ Bonjour Lili ! Pourrais-tu te présenter en quelques lignes, s’il-te-plaît ?

Alors, je m’appelle Lili Sohn, j’ai 32 ans et je suis auteure de roman graphique (de la BD sans les cases). Je suis originaire de Strasbourg, j’ai vécu longtemps au Québec. Maintenant je vis à Marseille avec mon amoureux et mon chat.

2/ Bon, okay, tu as été diagnostiqué d’un cancer du sein à 29 ans, c’est pas drôle, c’est sûr. Mais comment ça s’est passé concrètement pour toi ?
Concrètement je me suis pris un gros pavé dans la gueule (mais comme à peu prêt tous les gens qui apprennent qu’ils ont un cancer). J’avais un téton bizarre, je suis allé consulté plusieurs fois sans penser du tout au cancer. Et puis par acquis de conscience le docteur m’a fait passé une échographie et là: « Madame, depuis combien de temps vous sentez cette masse sous votre tétons? » Bon là clairement tu sens le pavé arriver! Et puis bon le classique menu best of : mammo, biopsie, annonce (il est là le pavé dans la gueule), IRM, tumorectomie, chimio, hormonothérapie avec un extra « mutation génétique BRCA1 » (oui comme Angelina Joli) et donc mastectomie avec reconstruction immédiate par prothèse.
Et puis, pour se marrer un peu: infection sur reconstruction et donc re-reconstruction#1 et re-reconstruction#2. Tout ça en 2 ans et demi.
3/ À quel moment est-ce que tu as décidé que Günther n’aurait pas ta peau ? Cela a à voir avec ton blog http://tchaogunther.com ?

Ah bein, j’ai ouvert le blog 3 jours après le diagnostic. Mon récit en BD m’a clairement aidé à traverser cette épreuve, à mieux comprendre ce qu’il m’arrivais et à être en paix avec ça, à me marrer et à informer ma famille (qui était en France alors que j’étais au Québec).

4/En plus du dessin et de l’illustration, qu’est-ce que tu as mis concrètement en place pour guérir du cancer ?
De l’amour, des caprices, un bébé chat, la fête, des amis, du temps, des leggings weirds, des frites et de la pizza. Nan, mais concrètement, j’ai décidé d’accepter tout ce qu’on allait m’offrir, de me faire confiance et de m’écouter et de prendre soin de moi (yoga, acuponcture, ostéo…) ET l’HUMOUR !
5/À quel moment exactement as-tu su que tu étais guérie ? Comment l’as-tu ressenti ?
Hum, bonne question. C’est compliqué. il y a pleins d’étapes: la tumorectomie, la fin de la chimio, la mastectomie préventive… Et en même temps, chaque fois que je prend mon hormonothérapie (soit tous les matins), chaque RDVv de suivi me rappelle par quoi je suis passée et me fait entrevoir une petite épée au dessus de ma tête. Mais en même temps, je commence vraiment à l’oublier cette épée.
Mais je crois que je me suis sentie guérie à la fin de mes traitements, quand on m’a dit le mot « rémission » et je je l’ai trouvé très moche.
 
6/Tu as vécu à Montréal pendant de nombreuses années. Peux-tu nous dire en quoi ce séjour t’a influencé au niveau perso et artistique ?
C’est une ville inspirante. mais j’ai surtout eu la chance d’être entourée de plein d’artistes avec qui j’ai collaboré sur des projets très cool! Notamment le skinjackin, un collectif de tattoo éphémère rigolo.

7/Depuis ce diagnostic, tu bosses comme illustratrice à temps plein. Tu dis toi-même que tu as su « transformer le caca en paillettes » 🙂 Peux-tu nous parler de ta carrière artistique ? 
J’ai fais des études d’arts en France. Puis je suis venue m’installer à Montréal, un peu par hasard (bon finalement je suis restée 7 ans). J’ai travaillée dans des entreprises d’insertion sociale où j’ai eu la chance de mettre en place des projets artistiques avec les participants. Ensuite j’ai été designer graphique dans une compagnie de danse contemporaine, puis chez Ubisoft.
J’ai toujours fait de la BD, mais je n’ai jamais vraiment cru en moi pour m’y lancer à fond, même si c’était mon rêve. Et bam, le cancer m’a désinhibé et dessiner est devenue vital.
Maintenant je travaille à mon compte (depuis chez moi, en pyjama) et je ne fais que de la Bd et de l’illustration. Voilà comment le caca se transforme en paillettes:)
8/Justement, ta série de BD intitulée « La guerre des Tétons » connaît un beau succès. Comment vis-tu cette notoriété qui, au final, a été possible grâce à une maladie potentiellement mortelle ?
C’est bizarre hein!? mais je crois que c’est un bel exemple de ce que la maladie peut apporter, pas que du négatif !
9/ Peux-tu nous parler de cette histoire de Vagintonic.com ? J’ai vu sa sur ta page Facebook Lili Sohn. Dis-nous en un peu plus sur ce nouveau projet…
Ce blog est un guide décontracté de l’anatomie féminine dans le but de palier à ma désinformation.  Avant ma chimio, j’ai préservé mes ovules parce que le traitement peut rendre stérile. En suivant ce processus médical  j’ai découvert que je ne connaissais pas mon corps. Je me suis alors intéressée de plus près à mes organes XX reproducteurs: mon vagin, mon utérus, mes ovaires… Je me suis rendue compte que j’y connaissais que dalle! Je me suis sentie un peu conne. Et j’ai découvert que mon entourage n’y connaissait rien non plus (ou avait de mauvaises informations).
Ce blog est adressé aux ados,aux mères, aux pères… A tous ceux qui sont curieux de ce sujet. Il s’agit de suivre mes découvertes et mes questionnements sur le sujet: pourquoi j’ai envie de tuer tout le monde avant mes règles? Quoi? Mon corps contient tous mes ovules depuis que je suis née! Mais pourquoi les règles ça a cette odeur bizarre? Et pourquoi déjà je m’épile? Ya quoi dans les seins? Qui a inventé les tampons hygiénique? … Et surtout c’est quoi une femme?
Je vais tenter d’expliquer, de vulgariser, d’aller rencontrer des experts… Et tout ça en dessin. Et si tu penses que c’est pas indispensable, essaie voir de dire le mot VAGIN à haute voix et en public 🙂

10/ Qu’est-ce que tu aimerais dire aux nanas qui découvrent qu’elles ont un cancer aujourd’hui ?

Fais-toi plaisir, laisse-toi dorloter c’est le bon moment!
11/ Les gens qui souhaitent te rencontrer ou te contacter, ils font comment ? 🙂
Via ma page facebook ou sur tchaogunther@gmail.com et ici, on peut trouver tous mes événements  !
MERCI à Lili pour son formidable témoignage ! J’adooooore !

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *