Interview cancer du sein : Julie, blogeuse beauté « Feminity and JY »

Chers lecteurs, 

Aujourd’hui j’ai le plaisir de partager avec vous l’interview que j’ai faite de Julie, blogeuse beauté et rédactrice dans le célèbre Magazine Rose. 

  1.     Bonjour Julie, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs en quelques lignes ? Qui es-tu 😉 ?

Hello hello, moi c’est Julie j’ai 29. En fait l’année dernière alors que je n’avais encore que 27 ans, j’ai eu un cancer du sein HER2 ++ de grade III.

Oui je sais, j’avais presque autant de chance qu’une météorite me tombe sur la tête!

J’ai donc passé un an et demi en traitement, et j’ai terminé mes chimios le 4 juillet 2016. En tout j’ai eu 24 chimiothérapies, 2 opérations et 40 séances de radiothérapies, et j’en ai encore pour 5 ans d’hormonothérapie.

Bref la palette complète de l’artiste, qui fait du grand art!

J’ai alors au départ voulu créé un blog www.feminityandjy.tumblr.com pour y rassembler mes astuces beauté, bien être et bonne humeur afin d’aider les autres femmes comme moi, à gérer leur image, leur féminité pendant cette parenthèse désenchantée…

Puis j’ai créé un atelier « La tête dans les nouages » afin d’apprendre aux femmes touchées par l’alopécie à nouer des turbans. En effet durant mes traitements je n’ai pas souffert de la perte de mes cheveux grâce aux nouages. Car en nouant, on retrouve la sensation de se coiffer. Puis je glisser sous mon turban une petite frange, et alors l’idée de créer les Franjynes m’est apparue. C’est un peu la suite logique à tout ce que j’ai pu faire.

   2.    Tu es donc actuellement traitée pour un cancer du sein grade III, HER2 positif amplifié pour être précise. Comment le vis-tu au jour le jour ?

Je le vis… Pendant les traitements on est pleine bataille, on a la tête dans le guidon et on n’a pas trop le temps de penser ou de réfléchir… Par contre une fois que les traitements s’arrêtent… C’est un peu plus compliqué bizarrement… On se sent un peu laissé à l’abandon, on a peur que la maladie revienne… On se réveille chaque matin avec des douleurs qui rappellent ces moments difficiles que l’on a traversé et on s’interroge toujours en ce demandant si ces douleurs sont normales… Je me dis que le temps finira par refermer cette blessure, et que la peur finira aussi par s’atténuer… À ce qu’il parait, le temps guérit tout…

   3.     Tu tiens un super blog intitulé Feminity & Jy (http://feminityandjy.tumblr.com/)  où tu précises bien que tu préfères parler des trucs et astuces pour se rendre belle que des traitements que de ta maladie. Comment en es-tu arrivée à ce cheminement ?

Quand je suis tombée malade, je suis allée chercher sur Internet à quoi j’allais ressembler… et tout ce que j’ai pu trouver m’a donné le cafard, et m’a vraiment fait flipper… Je trouve que l’on montre une image de la maladie du cancer très dure… On n’a pas d’autre choix du coup que d’en avoir peur… Je me suis dit « ah non, je ne ressemblerai pas à tout ce que je vois… On ne me regardera pas dans la rue avec compassion…! » Du coup j’ai pensé à créer ce blog, pour démontrer qu’il était possible et je pense important de se sentir belle, et encore plus quand on a plus de cheveux, ni de cils, ni de sourcils. Car plus que jamais nous avons besoin de se sentir bien dans notre peau. Il faut absolument réussir à garder le moral, car il nous aide à affronter les traitements qui eux nous aident à guérir… Tout ça est un package. Et j’ai un rêve, c’est qu’un jour, ce soit le cancer qui ait peur de nous et plus le contraire. Mais pour tout ça, cela commence par un changement de l’image qu’on en a.

   4.     Sur ton blog, il y a plusieurs rubriques inspirantes. Peux-tu nous dire ce que les lectrices pourront y découvrir pour se booster le moral pendant les traitements contre le cancer ?

Elles y trouveront mes astuces make-up, mes cosmétiques chouchous testés et approuvés, mes tutos nouages, des réponses à des questions comme « comment choisir sa perruque », des post « Good Mood » qui font sourire, et on peut même intégrer la team en m’envoyant sa photo 😉 afin qu’elle soit publiée.

   5.     Tu collabores avec le magazine Rose, qui parle avec optimisme et bonne humeur du cancer, des avancées, des bons plans, etc. Qu’est-ce que tu y fais exactement ?

J’’y tiens une rubrique beauté qui s’appelle « Les conseils de Julie ». Je décris une problématique beauté connus pendant les traitements et j’y apporte les solutions ainsi que le nom des produits à utiliser (que j’ai testés et approuvés).

   6.     Tu viens de lancer une campagne de crowdfunding sur Ulule pour créer, je te cite, « LES FRANJYNES (une alternative à la perruque). » Parle-nous de cette initiative. Comment la soutenir ?

Les Franjynes sont de jolies franges (de 6 couleurs différentes: blond, brun, châtain, poivre & sel, roux & blanc) adapté à la l’alopécie (dispose d’un système pour tenir sur la tête sans cheveux) et qui se voudront évolutives à la repousse des cheveux. Le tout toujours accompagnés d’un beau turban, car pour moi l’un ne va pas sans l’autre, ce sont des franjyns…  Enfin des Franjynes 😉 Le tout testé et imaginé par mes soins.

En fait, quand j’ai perdu mes cheveux, j’ai acheté une perruque, mais je n’ai pas réussi à la porter. J’avais l’impression chaque matin d’enfiler un bonnet, et ce qui me manquait, c’était de me coiffer tout simplement (avant j’avais les cheveux très longs). Du coup, j’ai commencé à nouer des turbans que j’accessoirisais d’une fausse frange. Effet garanti, personne ne se doutait que j’étais chauve en dessous.

Depuis, j’ai répertorié 7 nouages différents, un pour chaque jours de la semaine. En faisant mon nouage, je retrouvais cette sensation perdue de me coiffer. Les nouages ont été pour moi thérapeutiques. Grâce à ça, j’ai moins souffert de la perte de mes cheveux.  Et aujourd’hui, même si mes cheveux ont repoussé (trop cooooooool!), je continue à porter des turbans. Pour moi, pas de connotation maladie ou culturel, c’est juste un accessoire de mode.

L’idée est de décliner cette solution aussi pour les enfants, car peu de choses existent pour nos petits anges qui peuvent eux-aussi être malheureusement touchés par le cancer.

La gamme Adulte s’appellera « LES FRANJYNES » et la gamme enfants « LES FRANJYNETTES »

 Des tutos vidéos des nouages seront mis en ligne sur Youtube et sur le site internet afin de visionner à volonté la méthode.

Mais pour pouvoir faire tout ça j’ai du passer par une campagne de financement sur internet (crowdfunding) sur Ulule car ayant eu un cancer je ne suis pas « bancable » pendant une durée de 10 ans… Du coup cette méthode de financement était ma seule solution pour pouvoir créer les Franjynes.

La campagne fut une réussite, sur 31 000 euros espérés, j’ai réussi à récolter 35 000 euros. Avec pratiquement 1000 contributeurs que je ne remercierai jamais assez.

Les contributions sont toujours possibles à ce jour, mais par chèque, car la campagne Ulule sur internet est fermée depuis le 2 décembre.

   7.    En plus de la création de ton blog et de tous les projets autour, qu’est-ce que tu as mis en place pour accompagner ta guérison ?

Je pense que c’était déjà pas mal haha…. J’ai pris aussi beaucoup soin de moi, j’ai profité de mes amis, de ma famille, bref des gens qui m’aiment.

    8.      Ta page Facebook compte quelques 4000 abonnés ! C’est génial ! Comment est-ce arrivé ? J’imagine que les gens atteints d’un cancer doivent te trouver génial 😉

Oui, c’est fantastique, mais c’est le fruit de beaucoup beaucoup de travail. Ce n’est pas facile d’intéresser les gens au point qu’ils soient d’accord pour te suivre au quotidien (même sur internet). J’imagine que ma positive attitude a dû les inspirer et que mes conseils ont dû leur servir. Après je fais un point d’honneur à rester très accessible et à répondre à chacun des messages que je reçois. Car tout ça est avant tout une aventure humaine en fait, et les personnes qui me suivent sont devenues pratiquement des proches 🙂

   9.    Quels sont tes projets pour le futur ?

Me consacrer corps et âme aux Franjynes, Franjynettes, blog et ateliers. Je ne veux faire plus que ça. J’adooooore ma nouvelle vie et je ne la changerai pour rien au monde en fait (cancer ou pas cancer). J’ai vécu ma maladie comme une expérience… Au delà du fait qu’elle m’a rendu très malade, elle m’a fait changer, elle m’a fait grandir, et m’a surtout révélé enfin la personne que je voulais être.

Lien facebook: https://www.facebook.com/feminityandjy/

 

Merci à Julie pour cette interview géniale !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *