Comment protéger son foie pendant des traitements lourds ?

Mesdames et messieurs,

Je pense que je ne m’avance pas trop quand je parie que tous les lecteurs de ce blog connaissent au moins une personne qui a un cancer ! Et même si je ne le souhaite à personne, cela ne sert à rien de faire l’autruche et d’attendre gentiment que les traitements lourds fassent leur effet sans se préoccuper des effets néfastes à long terme sur le corps en général.

Il existe pléthore de possibilités naturelles pour soutenir notre cher corps afin qu’il morfle le moins possible et qu’il se remette aussi bien que possible. Pour aujourd’hui, je parlerai avant tout du FOIE.

Car sans le foie, rien ne fonctionne. On peut vivre sans certains organes, mais certainement pas sans foie. Et pendant les chimiothérapies notamment, croyez-moi, le petit père, il travaille à plein régime, le pauvre. Alors histoire de lui montrer qu’on ne le laisse pas tomber, il y a deux trois petits trucs à faire, en commençant même avant le début des traitements lourds si cela est possible.

La star de la protection du foie entre toutes, j’ai nommé : le DESMODIUM ADSCENDENS! C’est une petite plante bien sympa qui a une action positive sur les transaminases, d’où son effet de protection du foie (effet démontré par des études pharmacologiques). Alors comment ça marche ? On peut la prendre en infusion ou en gouttes. En infusion, j’ai testé, et croyez moi, le goût est atroce ! Je décommande vivement. Par contre, en gouttes, là, ça passe sans problème dans un fond d’eau ou de jus. Après quelques petites recherches, j’ai opté pour Quantasmodium+ de chez Phytoquant, dont la qualité est impec’. C’est 33 euros la bouteille, oui, ça coûte un bras, mais si votre foie lâche, ni le bras ni l’argent ne vous seront plus d’aucun secours… C’est un choix à faire, hein…. A prendre avant chaque repas, 15 à 30 gouttes dans un peu d’eau. Zimzalabim !

Alors que ce soit pour soutenir votre copain le foie pendant une chimio, une radio ou tout autre maladie qui fait carburer le petit père, n’hésitez pas à lui filer un coup de pouce ! Il vous en remerciera. Moi, je prends le desmodium depuis une semaine avant le début de la chimio, et il faut ensuite continuer bien après la fin des traitements, pendant plusieurs mois.

N’hésitez pas à faire passer le tuyau à des gens de votre entourage qui pourraient en avoir besoin !

Bonne journée et bonne santé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *