Comment éviter récidives et cancers secondaires ?

Donné à titre indicatif. Consultez absolument un spécialiste avant de pratiquer une viscum thérapie. Les ordonnances dépendent du type de cancer, de son avancement et de plusieurs autres facteurs. Il vous faut de toute façon une prescription médicale.

Ce qui est incroyable en France, c’est que le système de soins soit aussi sophistiqué alors que ce pays est complètement à côté de la plaque en matière de médecines douces !

Aujourd’hui, je vais donc vous parler d’un petit remède presque miracle : j’ai cité l’ALBUM VISCUM ou autrement dit, la viscumthérapie. En gros, c’est du gui blanc qui poussent sur les sapins, pins et feuillis. En cas de cancer du sein, on privilégie le gui qui pousse sur le pommier.

Ce remède naturel utilisé sous la forme d’ampoules injectables en sous-cutané est très peu connu en France, et pourtant, tenez-vous bien, il rallonge de 39 % la durée de vie sans récidive et la durée de vie totale en cas de cancer !!!

Je vois d’ici certains sceptiques s’exclamer tout haut : ouais, ouais, si un remède naturel avait de tels effets sur le cancer, ça se saurait. Et ben oui, mes cocos, ce n’est pas un remède de derrière les fagots qu’un gourou de secte m’a refourgué, non : CE REMEDE EST COURAMMENT UTILISE EN ALLEMAGNE EN ONCOLOGIE !

Il est même remboursé par la SECU !!! Ca vous en bouche un coin, hein ? Et dire que je n’ai pas rencontré un seul spécialiste qui sache de quoi je parle quand je leur en parle…

L’album viscum sera différent selon le type de cancer, mais pour le cancer du sein, il faut suivre une viscumthérapie le plus tôt possible, avec l’album viscum mali. Personnellement, j’ai commencé deux semaines après la première chimiothérapie et je vais poursuivre bien après la fin des traitements.

Si vous souhaitez suivre une viscumthérapie ou la recommander à un proche malade, voici quelques petites choses à savoir :

  • le mieux est de s’adresser à un professionnel de santé, médecin, homéopathe, phytothérapeute, etc, afin de suivre cette thérapie correctement. Encore faut-il trouver un pro qui connaisse !
  • L’album viscum se présente sous la forme d’ampoules injectables en sous-cutané : il faut donc faire appel à une infirmière pour qu’elle vienne faire les injections chez vous. Et lui demander ensuite de vous montrer comment faire vous-même vos injections quand vous vous en sentirez capable.
  • Après les injections, des rougeurs, des démangeaisons ou des sensations de chaud peuvent apparaître pouvant perdurer pendant plusieurs jours, comme pour un vaccin. C’est une réaction sans conséquence, signe que le produit agit. Mais si les rougeurs / grattements persistent au-delà d’une semaine, voyez quand-même un médecin.
  • Les injections peuvent laisser de très légères marques comme des bleus très anciens. Cela s’estompe, mais ça peut prendre du temps.
  • La viscumthérapie se déroule comme suit (je transmets ici les infos donnés par ma gynécologue, le docteur B. Arnal : une injection en sous-cutané tous les deux jours pendant deux fois deux semaines, donc un mois. Puis deux mois de pause, et ensuite on recommence.
  • Une injection tous les deux jours avec les trois premières injections grâce à une ampoule de 0.1 mg, puis les trois suivantes une ampoule de 1.0 mg puis une dernière injection avec une ampoule de 10 mg. Puis on recommence. Donc deux fois ce protocole sur un mois.
  • Les ampoules d’album viscum sont à commander en pharmacie ou directement auprès du laboratoire Weleda qui les fabriquent.
  • Ces ampoules ne sont pas remboursées et coûtent un bras ! Les infirmière à domicile ne sont pas remboursées non plus.

Mais il faut savoir ce qu’on veut dans la vie. Je préfère bouffer des patates et vivre plus longtemps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *