Chimiothérapie & préménopause : comment j’ai inversé le processus de manière naturelle

Chers kikis, chers cocos,

Dans ce petit article court mais qui pourra sûrement changer le cours des choses pour certaines femmes, je vais vous exposer mon témoignage personnel;-)

Comme beaucoup d’entre vous le savent peut-être déjà, la chimiothérapie a de fortes chances de déclencher la préménopause chez les femmes peu importe qu’elles soient proches de la ménopause naturelle ou non. En effet, la toxicité des traitements de chimiothérapie bouleversent le corps à un point tel qu’en général, les règles disparaissent dès le début des injections et qu’au fur et à mesure apparaissent également les autres systèmes liés à la préménopause tels que bouffées de chaleur (le fameux effet cocotte-minute), la sècheresse vaginale, les insomnies, et j’en passe.

J’ai vécu tout cela, d’abord la disparition des règles au bout de quelques semaines de chimio, puis par la suite, les insomnies, et pour finir l’apparition de la sècheresse intime et des bouffées de chaleur. Une fois les chimiothérapies terminées, la sècheresse et les bouffées de chaleur étaient simplement de pire en pire.

Après ce parcours de chimiothérapie comprenant 3 FEC100 et 7 Taxol, j’ai fait effectuer une prise de sang par ma gynécologue, le Dr Arnal, et tous les signes que je ressentais étaient également là sur le papier : j’étais en préménopause, sans aucun doute possible.

J’ai donc demandé à ma gynécologue s’il y avait quelque chose à faire, mais à sa connaissance, il n’y avait rien à faire, le phénomène pouvait s’inverser… ou pas…

J’ai donc attendu quelques semaines pour laisser au corps le temps de récupérer, mais les bouffées de chaleur et le reste étaient de plus en plus fréquents.

J’ai deux merveilleux enfants et donc la chance de ne pas avoir eu à me poser la question de la stérilité ou non, mais ça me prenait quand même VRAIMENT la tête, ces symptômes et il était hors de question d’accepter la fatalité sans essayer de trouver une solution, malgré ce qu’on m’avait dit.

Mes lecteurs commencent à me connaître 😉 et vous savez que je ne m’avoue jamais vaincu ! J’ai donc cherché, cherché, cherché, et je suis finalement tombée sur la médecine chinoise avec son acupuncture et ses plantes. J’étais déjà suivi en acupuncture pour diminuer les symptômes des traitements lourds, comme la baisse des globules ou encore la neurotoxicité du Taxol par exemple. Mais quid de cette fichue préménopause alors ?

Qu’à cela ne tienne, je me suis dit que j’allais suivre la piste de la médecine chinoise, après tout, c’est une des plus anciennes médecines qui existent !

Alors un tour sur Internet et j’ai réussi à trouver une excellente adresse d’un praticien en médecine chinoise sur Bordeaux, Régis  Le Couedic (http://www.therapie-energie-chinoise.fr/).

Il m’a expliqué au téléphone, que oui, la médecine chinoise, acupuncture et éventuellement plantes, pouvaient renverser le processus de préménopause, mais que rien n’était garantit. Il avait déjà eu une cliente chez qui il avait renversé le processus après 6 mois.

Alors j’ai tenté le coup ! D’abord nous allions essayer avec l’acupuncture, puis il y aurait des mélanges de plantes si jamais cela ne semblait pas suffire. J’avais découvert lors de mes recherches que la préménopause précoce induite par des traitements aussi violents que la chimiothérapie augmentait fortement les risques de complications de santé par la suite, comme les risques accrus de certains cancers ou d’ostéoporose par exemple.

Et puis, pétard de pétard, je voulais que mon corps se mette en ménopause de façon naturelle et pas à 36 ans suite à des traitements hyper toxiques, nom d’un petit bonhomme !!!

Et voici mon expérience texto et sans aucune fioriture :

1re séance d’acupuncture : les premiers jours, les symptômes continuent, j’ai toujours les bouffées de chaleur et le reste. Puis au bout de 4 jours, elles commencent à diminuer….

Au bout de 10 jours, les bouffées de chaleur avaient complètement disparu alors qu’elles continuaient à augmenter en fréquence juste avant cette première séance.

Au bout de 20 jours, la sécheresse vaginale avait disparu !

2e séance : au bout de 10 jours, les règles sont revenues.

3e séance : eh bien… je n’ai jamais fait de 3e séance, car TOUT est rentré dans l’ordre depuis.

Tous les symptômes de la préménopause ont disparu et mon corps s’est remis en route normalement !

 

Alors je ne dis pas que ça marche pour tout le monde, je ne dis pas que ça marche systématiquement au bout de deux séances, et certaines personnes devront certainement prendre également des mélanges de plantes, mais ça vaut le coup d’essayer non ?

PS : Attention aux mélanges de plantes, si votre acupuncteur n’est pas au fait des possibles contre-indications en matière de plantes de et certains cancers (et croyez-moi, ils ne sont pas nombreux à être au courant), rappelez-leur quelles plantes vous ne devez pas prendre. Exemple : la sauge, le soja, les graines de lin pour les cancers du sein hormono-dépendants, etc….

N’hésitez pas à poster vos propres expériences en matière de préménopause ici !

Enregistrer

Enregistrer

3 commentaires sur “Chimiothérapie & préménopause : comment j’ai inversé le processus de manière naturelle

  1. de mon côté, j’ai repoussé la ménopause en prenant des capsules de plantes achetés dans une herboristerie ( pere blaize a marseille ) a base de yam/bouurache/huile de poissons/algues marines riches en minéraux (menolistica ) le soir et des gélules de curcumine/piperine/gingerols doluperine le matin, mon cycle est revenu progressivement est ainsi j’ai passé 4 ans plus tard ma ménopause comme une lettre à la poste et sans bouffées de chaleur . a toutes fins utiles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *