Cancer et force intérieure : CROYEZ EN VOUS !

Chers kikis, chers cocos,

Pas plus tard qu’hier, j’ai reçu un message de détresse d’une lectrice qui vient d’apprendre, à 8 mois de grossesse, qu’elle avait un carcinome. Elle m’a demandé comment j’avais fait pour gérer le cancer, car en lisant mon blog, elle avait l’impression que tout avait été tellement simple pour moi. Ce qui n’est pas le cas bien sûr. Mais à un moment donné, lorsque vous vous retrouvez face au mur, il faut choisir. Soit on s’effondre pour de bon, soit on se redresse de toute sa hauteur, et on décide de se battre avec toute sa force intérieure. Car c’est bien de cela qu’il s’agit ici je crois… la force intérieure est la clé de la guérison à mon sens.

J’ai reçu plusieurs autres messages de ce type, des appels au secours, des gens qui ne savaient pas comment gérer leur nouvelle réalité avec une maladie qui encore aujourd’hui, fait immensément peur car on a du mal à la comprendre.

Aujourd’hui, j’aimerais dire à toutes ces personnes qui se sentent perdues face au diagnostic du cancer ou de toute autre maladie terrible : je n’ai pas la réponse à la guérison, je n’ai pas de recette miracle, mais il y a une chose que je sais avec certitude. La guérison se trouve au bout d’une multitude de chemins différents, et si le cancer est aussi difficile à comprendre, je crois, c’est parce que chacun d’entre nous doit trouver sa propre voie pour guérir, retrouver, développer et croire sans limite à sa force intérieure.

Je ne crois pas que l’on guérisse véritablement grâce à quelque chose d’extérieur. Chimiothérapie, opération, radiothérapie, compléments alimentaires, nutrition, jus de légumes, pratiques énergétiques, yoga, méditation… Toutes ces choses sont des OUTILS pour nous aider, mais le vrai remède, nous l’avons tous en nous, quelque part. Oui, je crois avec force que la véritable guérison se trouve à l’intérieur de nous. Et le plus difficile est de la trouver. Ce qui s’avèrera douloureux pour la grande majorité d’entre nous, car nous n’avons en général pas envie d’aller fouiller au plus profond de nous de peur de remuer des vieux démons ou de découvrir des choses que nous n’avons pas de découvrir.

Je crois que je n’avais jamais raconté cela, mais j’y repense à présent, alors je vais vous confier l’un de mes nombreux outils qui m’ont accompagné sur le chemin de ma guérison personnelle. Alors que j’étais en pleine chimiothérapie, je pratiquais des visualisations chaque jour. Je pratiquais d’une part les visualisations positives de Guy Corneau, Le Dialogue avec les cellules, excellent outil pour activer notre potentiel d’auto-guérison, mais également des visualisations très personnelles dans lesquelles je personnalisais le cancer et dans lesquelles je lui faisais face. A chaque fois, j’entrais dans un temple, genre tempe bouddhiste, dans lequel je parcourais chaque pièce. Je laissais mon inconscient modifier chaque pièce et chaque objet à son gré, ce qui me permettait de comprendre ses messages. Puis vers la fin, je me retrouvais dans une vaste salle avec piscine dont s’échappaient des volutes de fumée. De l’autre côté se trouvait assis, une sorte de gros Bouddha glabre, un peu flou, qui personnifiait mon cancer, la tumeur. Puis je me plongeais dans la piscine et je m’avançais doucement vers le Bouddha, je l’apprivoisais, j’écoutais ce qu’il avait à me dire et plus je m’approchais, plus je l’observais, plus il se mettait à fondre, à fondre au point de disparaître dans la piscine dans laquelle je nageais. Alors je sortais de la piscine et le liquide qu’était devenu le Bouddha coulait le long de tout mon corps, mais ne pouvais plus rien me faire. Je l’avais apprivoisé, je n’avais plus peur de lui.

Alors je sortais de la piscine, nue comme un vers, sorte de renaissance sans peur, et je sortais du temple dans la nature.

Ce rêve éveillé me faisait peur au début bien sûr, mais je me suis forcée à affronter ainsi CARCI chaque jour. Et au bout de quelques temps, la peur s’est dissipée.

C’est ainsi que j’ai cherché, retrouvé et développé ma force intérieure et redécouvert la FOI, une foi qui n’a besoin d’aucun culte d’aucune sorte, qui vient du plus profond de soi…

Ce n’est que mon humble avis, mais si j’avais un seul conseil à donner pour faire face à cette maladie qu’est le cancer alors je dirais : AYEZ UNE FOI INDÉFECTIBLE EN VOUS ET EN VOTRE FORCE INTÉRIEURE !

ET vous ne l’avez pas, développez là ! Trouvez votre chemin ! Il existe une voie vers la guérison, une voie qui vous est entièrement personnelle. À vous de la trouver. En utilisant des outils à l’extérieur certes, autant que vous pourrez, mais n’oubliez jamais : le plus incroyable outil que vous ayez en votre possession, c’est VOUS !!!

Bonne guérison,

Mélanie

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *