Cancer & Alimentation : les 1001 astuces d’un naturopathe à la Roche Posay :-)

Mes chers kikis, mes chers cocos,

Lors de mes petites tribulations à la Roche Posay à l’occasion de ma fabuleuse cure thermale, j’ai eu la chance de tomber sur un super naturopathe, Philippe Robert, qui a ouvert un restaurant participatif sur place axé sur l’alimentation spécifique aux personnes malades, du cancer notamment, avec 95% de produits bio. Il s’agit du restaurant Ô CURCUMA ! Ce même naturopathe tient régulièrement des petites conférences sur les thérapies alternatives et sur l’alimentation, j’ai assisté aux deux et c’était passionnant 🙂

Comme mon truc, c’est le partage de toutes mes astuces apprises au fil de mon cheminement vers la guérison, je vous propose aujourd’hui de partager avec vous les 1001 astuces découvertes grâce à mon séjour à la Roche Posay, et notamment à ce naturopathe génial. Alors si vous avez envie de mieux gérer votre alimentation et celle de toute la famille, lisez vite ce qui suit. C’est parti :

  • Côté poissons et crustacés : toute la chaîne alimentaire marine étant polluée de nos jours, il faut se rabattre sur les poissons les plus en bas de cette chaîne, à savoir les petits poissons tels que les sardines ou les maquereaux. Les plus gros poissons comme le saumon ou le thon sont ultra chargés en métaux lourds donc les plus toxiques ! Pour les crustacés et coquillages, on privilégie largement les coquillages et on évite si possible les crustacés : les gambas, crevettes et compagnie sont des animaux nécrophages, ils se nourrissent de cadavres d’autres poissons, de vers et de planctons… Les métaux lourds sont donc malheureusement au rendez-vous là aussi !
  • Côté viandes, essayez d’éviter autant que possible la viande rouge. Il est très difficile de nos jours d’en trouver qui ne soit pas bourrée aux hormones et autres toxines. Ces toxines se déposent dans notre corps sous forme de cristaux qui finissent par provoquer des inflammations et diminue les défenses immunitaires. On privilégie les viandes blanches achetées en bio et local s’il vous plaît ! Les viandes blanches sont le poulet, la dinde, l’oie, le canard, la pintade, mais également le lapin !! Si si 😉
  • Côté produits laitiers, le lait de vache devrait être évité le plus possible. Il faut savoir que le lait issu de la vache ne devrait plus être consommé à partir de l’âge de 5 ans pour les humains. En effet, avant cet âge, le corps humain est capable de l’assimiler correctement, mais une fois qu’on atteint cet âge, l’assimilation ne se fait plus correctement. Le lait de vache, comme pour la viande rouge, va déposer des toxines sous forme de cristaux dans notre corps et accélère les inflammations. Les pays d’Europe du Nord, où il existe le plus grand taux de cancers du sein pour les femmes et de cancers de la prostate pour les hommes, sont également les pays qui consomment le plus de produits laitiers à base de lait de vache… Je ne dis pas que c’est l’unique raison bien sûr, mais ça donne à réfléchir ! Le mieux est de consommer des laits végétaux comme le lait d’amande, de coco, d’avoine, de riz ou d’épeautre par exemple : une astuce de ma part – les crêpes faits avec du lait d’amande, ça déchire 😉 Et si vous n’aimez pas le lait végétal, alors il reste le lait de brebis et de chèvre, hein.
  • Côté sucres, l’idéal absolu serait évidemment de s’en passer complètement, mais soyons réalistes, ce n’est pas toujours facile : alors voici ce que j’ai appris – on oublie complètement le sucre blanc, il n’y a rien de nutritif là-dedans. On remplace par d’autres produits aux pouvoirs sucrants naturels. La palme du meilleur sucre naturel est le xylitol de bouleau, à acheter en magasin bio. Il coûte un bras, mais c’est le sucre naturel qui possède l’index glycémique le plus bas qui soit (7) et c’est le seul sucre que les diabétiques peuvent également consommer. Puis vient le sirop d’agave, avec un index à 15/25, le sucre de coco à 24, le miel 50, le sirop d’érable à 65 environ et le sucre blanc raffiné, bref le glucose qui est à 70/100. Vous voyez un peu la différence ?! Pour le sucre roux, méfiez-vous en, car de nombreux sucres roux sont en fait du sucre blanc coloré ! L’étiquette devra porter la mention sucre de canne complet non-raffiné !
  • Côté graisses végétales, l’huile de lin, de tournesol et de colza (toujours en première pression à froid) sont parfaits pour les salades, mais on oublie la cuisson avec ces huiles. Elles ne supportent pas la cuisson, qui les rend instables et les transforment aussitôt en mauvaises graisses. Pour la cuisson, les seules huiles qui restent stables à la chaleur sont l’huile de coco et l’huile d’olive, donc elles sont à privilégier. Pour le beurre, si vous ne pouvez pas vous en passer, on le choisira toujours cru. Il faut en général éviter le plus possible les produits laitiers stérilisés de toute façon, qui sont néfastes pour la santé. Préférez toujours les versions au lait cru.
  • Côté farines, on oublie la farine blanche, qui comme le sucre blanc ou les pâtes blanches est un aliment mort. Si vous consommez du gluten, les farines de blé complètes ou semi-complètes donnent des gâteaux, des crêpes et des biscuits particulièrement savoureux et beaucoup plus nutritifs qu’avec la farine blanche. les farines de seigle et d’épeautre sont très bien pour le pain.
  • Côté œufs, la petite astuce que je ne connaissais pas : on dit sans arrêt que les œufs sont bourrés de cholestérol. En fait, oui et non, tout dépend de la cuisson !! Plus le jaune est cuit, plus il est mauvais pour le cholestérol. Le secret, c’est de le manger aussi cru que possible, donc quand on les fait cuire, on choisira plutôt des œufs pochés que des œufs durs, vous voyez le tableau…
  • Côté fruits et légumes, ce n’est pas un scoop, il faut les choisir en agriculture raisonnée ou bio et local. Mais si pour des raisons financières ou géographiques, vous n’avez pas la possibilité de tout prendre en bio/local/raisonné, alors on fait des choix intelligents et on évite les fruits et légumes les plus chargés en pesticides (pêche, pomme, poivron, céleri, nectarine, fraises, cerises, chou frisé, laitue, raisins importés, carotte, poire, Laitue, chou, concombre, épinard tomate, chou-fleur, petits pois, pomme de terre, poireau, raisin) et on choisit les moins chargés en pesticides (oignon, avocat, maïs doux, ananas, mangue, asperge, petits pois, kiwi, chou, aubergine, papaye, pastèque, brocoli, patate douce).

Bon d’accord, je ne suis pas arrivée à 1001 astuces, mais il en existe au moins autant d’autres 😉 Si vous avez des astuces apprises pendant vos recherches autour de l’alimentation et du cancer, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires ici ou sur ma page Facebook !!!

L’un de mes prochains articles concernera le cancer et les compléments alimentaires, alors inscrivez-vous à la newsletter.

En attendant, pour aller plus loin, découvrez mes autres articles :

Le régime Kousmine

Mon programme anti-cancer du sein

Booster le système immunitaire de manière naturelle

Bon app’ mes kikis

Enregistrer

Enregistrer

2 commentaires sur “Cancer & Alimentation : les 1001 astuces d’un naturopathe à la Roche Posay :-)

  1. Oui je confirme, n’hésiter pas à faire cette cure et rencontrer le naturopathe Philippe Robert dans les conférences qu’il donne le jeudi, c’est très intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *